Blogs

Comment puis-je me protéger contre le cyberharcèlement?

21 mai 2021
Nous passons beaucoup de temps sur internet. Généralement, notre vie digitale se passe comme sur des roulettes. Mais êtes-vous également conscient des dangers en ligne? Le cyberharcèlement fait malheureusement partie intégrante de notre société. Les harceleurs envoient des messages haineux et les publient. Ils peuvent ainsi souvent continuer le harcèlement offline en ligne aussi. Ces menaces en ligne peuvent avoir de graves conséquences. Voici quelques conseils pour éviter le cyberharcèlement.

Qu’est-ce que le cyberharcèlement?

Vous pouvez interpréter le cyberharcèlement de différentes manières. Mais officiellement, trois critères font la différence entre une simple dispute et le cyberharcèlement:

  • L’auteur a clairement l’intention de blesser quelqu'un.
  • Dans le cyberharcèlement, l'auteur a plus de pouvoir que la victime: il est plus âgé, plus grand, plus fort, plus populaire ou plus doué en informatique. 
  •  L’auteur répète ses agissements et la victime est souvent confrontée à plusieurs reprises au cyberharcèlement. Pensez à une photo embarrassante qui est partagée et devient virale en un rien de temps.

Protégez-vous et votre famille contre le cyberharcèlement avec une cyberassurance.
Découvrez ici ce que vous pouvez faire de plus pour lutter contre le cyberharcèlement.

Le cyberharcèlement se produit via différents canaux

Le cyberharcèlement par courriel

Le cyberharcèlement par courriel est si simple: l’auteur crée une fausse adresse électronique et envoie un courriel à tous les amis, connaissances, camarades de classe ou collègues de la victime. Ce courriel contient souvent des choses blessantes, des photos embarrassantes ou des images retouchées. Parfois, l'auteur cherche aussi des alliés pour submerger la victime de messages.  

Le cyberharcèlement via des sites de haine

De nos jours, tout le monde peut créer un site web. Le cyberharcèlement est ainsi à la portée de tous. Sur le site, l’auteur publie des messages blessants ou partage des photos obscènes. Tout pour ridiculiser la victime en ligne. 

Sur des sites comme Sayat.me et Sarahah, les internautes peuvent envoyer des commentaires anonymes sur les autres utilisateurs. Il s’agit d'une forme de cyberharcèlement poussée, car les jeunes utilisent ces pages pour s’insulter mutuellement. Le cyberharcèlement se déroule de manière anonyme et à distance, ce qui fait que le harceleur ose se montrer très grossier.

Les réseaux sociaux et le cyberharcèlement

WhatsApp, Facebook, Instagram, Snapchat, … Il existe de nombreuses applications de réseaux sociaux et nous sommes presque tous actifs sur au moins une de ces plateformes. Le cyberharcèlement est malheureusement très répandu sur les réseaux sociaux. Dans les commentaires d'un post ou dans les groupes de discussion, les victimes peuvent être harcelées et ridiculisées. L'arrivée des smartphones n’a fait que faciliter le cyberharcèlement. Une photo ou une vidéo embarrassante se prend rapidement et se partage en un rien de temps, même sans que les gens ne s’en rendent compte. Vous pouvez demander à ces plateformes de réseaux sociaux de retirer le matériel offensant. Mais souvent, le mal est déjà fait. 

Le cyberharcèlement par SMS

Vous pouvez bloquer les adresses électroniques, faire fermer les sites web et supprimer les pages de haine sur les réseaux sociaux. Mais un SMS arrive toujours. Même par SMS, le cyberharcèlement peut se faire de manière anonyme. Sur Internet, vous trouverez plusieurs sites sur lesquels vous pouvez envoyer un SMS haineux, gratuitement et de manière anonyme.

Les formes de cyberharcèlement

Les différentes formes de cyberharcèlement portent généralement un nom spécifique. On les voit ou on les entend régulièrement aux infos. Mais que signifient-elles?

  • Le cyberbaiting et le trolling sont tous deux une forme de cyberharcèlement. Les trolls publient des réactions grossières et offensantes visant uniquement à déclencher une dispute. Ils emploient souvent de faux profils pour conserver leur anonymat. Souvent, les trolls ne connaissent pas personnellement leurs victimes. 

    En cas de cyberbaiting, vous êtes filmé par les autres au cours d'une situation gênante. Cette vidéo est placée sur les réseaux sociaux et est partagée. L'actualité nous apprend que ces vidéos deviennent virales en un rien de temps.
  • En cas de catfishing, vous êtes confronté à de faux profils en ligne. Ceux-si sont souvent présents sur les sites de rencontre et sur les réseaux sociaux. Par le biais de ces profils, le catfish prend contact avec des victimes innocentes pour gagner leur confiance et pour ainsi extorquer de l'argent ou obtenir des photos compromettantes, par exemple.
  • Les enfants sont actifs sur les réseaux sociaux de plus en plus tôt. Souvent, ils ne sont pas conscients des dangers de l’internet. Les groomers en profitent. Un adulte s'approche d'un jeune pour avoir un contact sexuel? On parle alors de grooming. Par la webcam ou par des messages chat, le groomer essaie de convaincre l'enfant de pratiquer des gestes sexuels. Des images sont alors prises et diffusées. L'enfant est ainsi victime à plusieurs reprises.
  • Vous avez très certainement déjà entendu parler de sexting. En cas de sexting, vous partagez vous-même des photos ou des vidéos à caractère sexuel via votre GSM ou via d'autres réseaux. Le destinataire est mal intentionné? Il peut alors envoyer les images partout où il le souhaite, en un temps record. Les conséquences sont inestimables.

Quelles sont les conséquences du cyberharcèlement?

Plus de 10 % des victimes de cyberharcèlement en souffre encore des mois après. Et ce n'est pas tout: En cas de harcèlement persistant, la victime peut tomber en dépression ou développer des pensées suicidaires.

  • De nombreuses victimes sont également confrontées à des troubles physiques après ou pendant le cyberharcèlement. Elles se sentent étourdies, nerveuses ou apathiques et de mauvaise humeur. Elles souffrent de maux de dos, de ventre ou de tête et dorment mal.
  • Le cyberharcèlement peut également entraîner des troubles mentaux. Les victimes de cyberharcèlement s’isoleront de plus en plus. Elles se sentent seules et bien sûr profondément offensées. Des études ont déjà démontré que des victimes de cyberharcèlement courent trois fois plus de risques de se suicider. La moitié de ces victimes a déjà eu des pensées suicidaires. 

Comment mettre un terme au cyberharcèlement?

Honnêtement? Il n'est pas facile d'éradiquer ce fléau, et encore moins d'éliminer tout message offensant ou photos intimes de l'internet.

Mais il y a certaines choses que l'on peut faire:

  • Ne réagissez jamais vous-même à des courriels ou SMS. 
  • Conservez les courriels, les chats ou les SMS comme preuves.
  • Réfléchissez à comment vous pouvez mieux vous protéger, vous et votre enfant. Un nouveau numéro de GSM, une nouvelle adresse électronique ou un autre nom d'utilisateur, bloquer des personnes de contact, etc.
  • Parlez-en avec l'école de votre enfant. 
  • Signalez des comportements de harcèlement sur les réseaux sociaux mêmes. S'ils ne réagissent pas, adressez-vous à ClickSafe, qui fait partie de Child Focus.
  • Protégez-vous, vous et votre famille, contre le cyberharcèlement avec une cyberassurance.