1 travailleur sur 3 voit plus de 40 % de ses revenus partir en fumée

Un travailleur aussi a tout avantage à avoir une assurance incapacité de travail

Une maladie, un accident dans la vie privée, et voilà que vous vous retrouvez dans l'impossibilité de travailler. Cela peut arriver à n'importe qui. Trop souvent, on ne s'inquiète pas trop des conséquences financières, jusqu'au moment où il est trop tard. En tant qu'employé, vous savez sans doute que c'est votre employeur qui paie le premier mois de "salaire garanti". Vous savez peut-être aussi que vous pouvez compter ensuite sur la mutuelle pour vos revenus. Mais quelle somme recevez-vous alors, au lieu de votre salaire mensuel normal?

Vos revenus de remplacement sont calculés sur la base d'un salaire limité

La mutuelle prévoit 60 % de votre salaire brut comme revenu de remplacement pendant la première année de votre incapacité de travail. Par la suite, ce pourcentage peut être revu à la hausse ou à la baisse, en fonction de votre situation familiale. Cependant, ces 60 % sont calculés sur un revenu limité, qui correspond à 3.633 EUR par mois. Vous gagnez plus que cela? Estimez-vous heureux ... sauf en cas d'incapacité de travail. Comme ce calcul se fait sur un salaire limité, ceux qui gagnent au-delà de cette limite verront ce pourcentage baisser progressivement sous ces 60 %.

1 travailleur sur 3 voit plus de 40 % de ses revenus partir en fumée

De combien de cas parle-t-on concrètement, et en faites-vous partie? Une récente enquête de Salariskomas (Vacature) et de la KU Leuven, nous apprend que 1 travailleur à temps plein sur 3 gagne plus que ces 3.633 EUR. Et plus ce salaire augmente, plus les revenus en cas d'incapacité de travail baissent.

Dès le deuxième mois de son incapacité de travail, tout travailleur perd 40 % de son salaire brut, mais pour ceux qui gagnent davantage, ce pourcentage de perte ne fait qu'augmenter.

  • Pour le groupe des 20 % de travailleurs qui gagnent plus de 4.200 EUR, la perte de salaire s'élève au moins à 48 %.
  • Pour le groupe des 5 % de travailleurs qui gagnent plus de 6.000 EUR, la perte de salaire s'élève au moins à 64 %.

Cette perte est même encore plus importante si l'on tient compte du fait qu'en cas d'incapacité de travail, certains avantages extralégaux disparaissent, comme les chèques-repas, les bonus, le 13e mois ou la participation bénéficiaire.

Assurez-vous d'une intervention maximale

Ces montants peuvent naturellement être assurés en partie grâce à une assurance incapacité de travail. Parfois, l'employeur s'en est déjà chargé lorsqu'il a conclu une assurance incapacité de travail collective pour ses employés. Vérifiez ce qui est couvert par cette police et quel pourcentage de votre salaire est assuré. Le montant assurable de votre salaire s'élève en moyenne à 20 %, jusqu'à la limite des 3.633 EUR et à 80 % pour la partie au-delà. Si une police collective prévoit une telle formule, vous êtes assuré pour le maximum. Si la couverture de votre employeur prévoit moins que cela, ou s'il n'y a pas de police, vous pouvez assurer votre perte de salaire vous-même.

Supposons que vous gagniez 3.800 EUR. Vous recevez alors 60 % de la mutuelle pour les premiers 3.633 EUR (= 2.180 EUR) et 20 % de votre assurance incapacité de travail (= 727 EUR). Sur les 200 EUR qui dépassent la limite, vous recevrez 80 % (= 133 EUR). Sans assurance supplémentaire, vous recevez donc chaque mois 2.180 EUR, avec une assurance vous recevez 3.040 EUR.